Selles

IMG_0060

Autre sujet sensible (c’est le cas de le dire!) concernant l’appui qui avant même l’achat d’un vélo nous inquiète (qui n’a pas enfoncé son pouce sur la selle d’un vélo avant d’y monter dessus… Geste finalement peu utile quand on connait la pression exercée sur une surface réduite sensée soutenir les 3 quarts de notre poids total…?

Il y-a quelques décennies même, le coureur pro récupérait sa selle et son guidon lors d’un changement d’équipe afin que le mécano les lui monte sur sa nouvelle monture.

Et rappelez-vous qu’en 1989, Fignon va perdre le Tour pour 8 secondes à cause certes des qualités en clm de Lemond (qui a aussi mis un prolongateur de cintre avec lequel il aura un 4ième appui…) mais aussi à cause d’une induration à la selle (un furoncle quoi, qui le fait souffrir comme un chien depuis les Alpes…)

  • la tendance actuelle? Courte&large…!

Depuis quelques temps, la selle se raccourcit tout en s’élargissant sur son bec… Ci-dessous un comparo avec l’Arione qui est tout l’inverse, longue avec un bec fin…

Perso, j’ai testé sur 100km et je n’ai pas du tout apprécié cette nouvelle tendance, moi l’adepte de la première heure de la Flite de chez Selle Italia créée au début des années 90…

 

  • Critère number one…? La forme plus que le fond…!

En photo d’article, la selle Flite 3 à coque carbone et donc aucune mousse pour amortir… Devinez quoi, elle m’a accompagnée sur des 200km sans pb… Je suis fan de sa forme depuis le début des années 90 et viens d’en commander plusieurs suite à la relance de sa fabrication… Idem pour les modèles Turbo, la Rolls de San Marco, mode du vintage oblige…

Donc oubliez le rembourrage (qui de toute manière va s’affaisser dans le temps) et privilégiez la forme de la selle, le soucis étant de pouvoir tester les modèles sur de longues sorties… Pas évident. Des programmes de test existe chez certaines marques, à vous de re-visiter les boutiques de cycle partenaires!