Groupes électriques, pourquoi basculer…? 💡

Depuis 5 ans, j’utilise sur mon vélo de route la version 1 de l’Ultegra de Shimano (donc en 10v) et ma foi, hormis quelques soucis que je vais lister, j’avoue que le bilan est favorable aux groupes électriques… Bien plus que mon opinion sur le freinage hydro sur route.

  • Les + :

pas de dérèglements dans le temps de sa transmission

pas de corrosion car pas de câbles; le système est étanche… Lavage au kärcher sans pb!

passage des vitesses quelque soit la pression exercée sur les pédales (avant ou arrière!)

un dérailleur avant « intelligent » (la fourchette se déplace pour éviter de frotter sur les braquets extrêmes

une charge de la batterie qui dure longtemps, 1000 à 2000km minimum

– on change plus souvent de braquet et du coup on a une cadence de pédalage plus fluide et adaptée à sa pratique, à la topographie (fini le plantage dans un coup de cul quand la chaîne ne veut plus monter sur le pignon, tout à gauche!)

les applis mobiles qui permettent à présent un paramétrage aux petits oignons des dérailleurs, voire des changements semi-auto voire tout auto (par ex on ne joue que sur 1 seule manettes des pignons et le cerveau-commande sait quand il doit changer de plateaux…)

  • les – :

le montage avec faisceaux est fastidieux la première fois (surtout si les câbles sont à l’intérieur du cadre, du cintre…) Mais bon on ne le fait qu’1 fois après tout! Idem, ne pas se tromper sur la longueur des faisceaux… Trop longs, ils peuvent s’accrocher partout, surtout lors des phases de portage du vélo… Trop courts, ils peuvent se décrocher si les fils sont tendus…

le poids du groupe! Même si les poignées sont légères (pas de mécanismes lourds, juste des interrupteurs), on perd beaucoup de poids sur les dérailleurs, la ou les batterie(s)…

Hormis le Dura Ace, ensuite l’Ultegra est vraiment beaucoup plus lourd que son équivalent câble.

SRAM réussit cependant à faire des groupes légers grâce au sans fil…

– en version câbles (Campa&Shimano ou FSA à présent), l’esthétique est moyenne et le montage un peu fastidieux surtout pour les débutants

les faisceaux peuvent se décrocher des dérailleurs en cas de gros chocs ou d’arrachage lors de transport en train ou en voiture, sur Paris-Roubaix…! On me signale aussi un vieillissement prématuré chez Shimano des faisceaux…

perte de la batterie! Du vécu pour moi suite à un défaut du support; la batterie a disparu dans un bois… Impossible de la retrouver et retour sur la plaque dans la vallée de Chevreuse… Séance de muscu 💪

la panne sèche! Eh oui, ne pas oublier de recharger ses accus (surtout l’hiver car par temps froid, il y-a un phénomène de décharge accéléré; idem si le vélo n’est pas utilisé de longues semaines…)

– un passage des vitesses un chouilla plus lent que le mécanique, surtout à l’avant

le prix… C’est bien plus cher que la version « câbles »…! Et pas de version 105 ou Rival en électrique… Quant à Campa c’est juste hors de prix… Réservé au Record ou Super Record voire Chorus mais cela semble terminé dans la nouvelle gamme. Et que dire de la pénurie de composants…! Les prix flambent… Il y-a aussi une obsolescence programmée (?) des groupes; voyez plutôt, la DURA ACE version 1 n’étaient plus compatible avec la version 2 et la première version de l’ULTEGRA… Pire, en version 3, SHIMANO a encore changé ses faisceaux… Résultat, l’ULTEGRA et le DURA ACE version 2 sont discontinués et leurs composants non compatibles avec les faisceaux et batterie nouvelle génération… Quel gâchis… Mais cela personne n’en parle.

Un 4ième laron est entré dans la danse après des années de travail, FSA qui a retiré les câbles entre poignées et dérailleurs mais pas encore entre ces derniers et la batterie… Déjà une victoire chez les pros sur la Vuelta 2019… Affaire à suivre!

Et puis on n’est pas à l’abri de bugs électroniques et là pour réparer… Whalou (cela touche souvent l’électronique embarquée des dérailleurs)… Les véloscistes (du moins les plus équipés) ont des mallettes pour effectuer un diagnostique de la panne mais bon… Hormis localiser les pièces défectueuses… Mieux vaut croiser les doigts pour ne pas avoir affaire à ce genre d’avaries.

Sinon, c’est simple, chez les pros, il n’y a plus que cela… SRAM qui s’y est mis plus tard a finalement dépassé tout le monde avec son Red eTAP (et son Force à présent à moins de 1000eur!…) Bluetooth et donc sans fils, on obtient des vélos épurés et le montage prend 15’… Les dernières versions vont encore plus loin tout comme l’appli mobile qui permet un paramétrage des vitesses encore plus pointu. Seul le prix encore peut freiner les ardeurs. De plus avec la sortie du Rival, ils ont enfoncé le clou; SHIMANO a sorti son 105 en 12 vitesses pour contrer mais à 2000eur le groupe, on n’est plus dans l’entrée de gamme…!

Perso, j’ai du mal à revenir en arrière quand je roule avec des transmissions à câbles car zéro réglages en 5 ans, c’est quand même au final bien confortable et économique (pas de câbles-gaines à changer et des accus toujours au top).

L’avenir est tracé, manque plus que Shimano et Campagnolo sortent leur version bluetooth et que Campa deviennent plus démocratique en terme de prix, et tout le monde pourra s’y mettre, du moins les passionnés! 😜

IMG_0029

  • 4 points de changement (2 sur les poignées de frein et 2 sur l’extension de cintre… Et jusqu’à 3 pour 1 même commande! car la gauche peut servir à connecter une commande pour le dérailleur arrière par ex…)

Avantage… SRAM!

Je ne suis pas payé par la marque et malgré mon usage non intensif, je trouve que SRAM, arrivé dernier avec ses groupes électriques a réussi à résoudre l’équation complexe du changement de vitesse électrique.

Facile à installer et à mettre en route (aucun faisceau veut dire qu’il n’y a pas de problème d’installation ni d’usure dans le temps… Apparemment le talon d’Achille des groupes SHIMANO…) des changements rapides et fluides, des poids contenus et un ingénieux système de batteries pour chaque dérailleur…

Seul point à surveiller, l’usure du 12 vitesses et les braquets qui nécessitent de revoir nos classiques (on a du départ 10 dents et des plateaux atypiques… Et en mono des lignes de chaîne un poil extrême même si cela fonctionne parfaitement!

Le lancement du RIVAL a rebattu les cartes et forcé SHIMANO à lancer le 105 DI2, chose que la marque s’est toujours refusé de faire jusqu’à la révolution AXS de SRAM… Mais à 2000eur le groupe, on s’éloigne du groupe première monte des vélos de compète… Alors le vélo sport de riches…? Perso j’en suis de plus en plus persuadé surtout quand on voit le patron du MEDEF être accroc du vélo et rouler en Vallée de Chevreuse dans les paquets le dimanche… Mais je m’égare…!