Roues carbones

 

  • Roues DT Swiss Dicut RCC32c à pneus (env 1500g nues)

Petites soeurs de la version 66 donc moins aéro mais aussi moins lourdes, elles ont la même finition très haut de gamme de la marque suisse en terme de roues…

On reste sur des jantes étroites car c’était avant la mode des jantes dodues donc avec du 23 mm en pneu, cela se marie très bien, un peu moins avec du 25 où l’on perd en nervosité mais l’on gagne en confort.

Roues polyvalente et orientées parcours valonnées voire très valonnées car l’on se rapproche en poids à du 1500g nues, les avantages du pneu pour la réparation de crevaison. Chaussées de pneus haut de gamme de 200g et 50g de chambre, on a un comportement sain dans les côtés mais moins sur le plat où le manque d’inertie peut jouer sur les gabaris légers.

Metre de bons patins de frein adaptés genre DT fournis ou mieux les Swisstop Black Prince.

Bilan : passe-partout et très belles mais surtout sur des parcours à dénivelé. Les +60-70kg les trouveront trop fades.

Les + : finition au top, poids, corps de cassette interchangeable sans outil, les accessoires fournis (housses très épaisses, patins, fonds de jante, clés de rayon, blocages de roue)

Les – : pas au delà des 70kg, le prix officielle à sa sortie de 2500eur… Les serrages de roue de la marque pas pratique (pas rapides…! A remplacer sinon)

 

  • Roues DT Swiss Dicut RCC66c à pneus (1660g nues)

Fini les jantes basses, à présent, même en montagne on chausse du profilé!

Car chez les pros, le Cx même dans les cols ça compte (pas pour nos pauvres mortels…)

Et puis les progrès réalisés sur ces roues est tel (en terme de poids notamment), que même des sections de 40 restent polyvalentes et très réactives.

Ici c’est en 66mm que j’ai testé ces roues pendant plusieurs années, sur des parcours roulant et vallonnés en Vallée de Chevreuse (du 1000D sur 100km par ex).

DSCN4337

Et ma foi, ces roues sont surprenantes, très faciles à amener, car n’étant pas d’une rigidité très importantes, elles permettent un usage polyvalent du moment que l’on ne va pas escalader des cols.

La finition est très haut de gamme, l’un des meilleurs, pas de stickers ici et des rayons cachés pour le Cx. Les moyeux de type Dicut, une techno lancée par DT Swiss ont des roulements et un corps de roue libre type « Ratchet » donc sans cliquet mais 2 roues crantées qui s’emboitent sans temps mort… Et se démonte sans outil…

Elles sont fournies bien sûr avec de belles housses matelassées.

26A96493-6E5D-4D26-A72F-FA23AD2603D2

Seule réserve, les blocages de roue pas « rapides », concept DT Swiss qui par contre permet un serrage de malade que ne peut réaliser un blocage type « rapide »…

515B6B03-B603-4D25-A046-EC531C4553F5.jpeg

Ensuite, j’ai eu de meilleurs résultats de freinage avec du SwissTop Black Prince (et aussi moins de bruit…) ça freine bien sur le sec comme d’hab; sur le mouillé, j’ai pas osé, mais c’est pour toute roue carbone… Hélas.

Donc des roues au top mais chères au final, la qualité suisse quoi.

 

  • Roues Corima 32 mm 

Voici un compte rendu de test longue voire très longue durée de ces roues Corima en version boyau donc du même acabit que celles utilisées par l’équipe Astana.

Par contre achetées avant qu’elles ne s’épassissent avec la mode des jantes carbones larges; hormis le Cx, on doit avoir des qualités dynamiques proches.

Ici en version boyaux pro, j’ai voulu mettre tous les atouts dans le même panier pour ne pas mourir idiot et savoir pourquoi malgré les progrès du pneu et à présent du tubeless, le milieu de la compétition restait à ce point « collé » à cette tradition du boyau.

Testées sur le traithlon de Paris, elles manquaient d’inertie mais permettaient de relancer facilement en sortie de virage en épingle à cheveu.

Sur l’Ariégeoise et ses terribles montées de cols des Pyrénées, elles ont assuré, c’est plus moi qui ai souffert des conditions climatiques très chaude fin juin, le four au pied comme on dit et l’obligation de tremper ses pieds dans les fontaines des villages…

Mais question rendement, c’est du haut niveau, idem niveau rigidité, même en 32, je n’ai pu les faire plier. Par contre attention, si votre cadre est trop rigide, elles risquent d’être contre productive si vous manquez de puissance; ça a été mon cas sur les routes du Gers où montées sur mon Colnago CLX 3.0 très rigide pour moi, j’ai souffert dans toutes les montées…

IMG_0032

Par contre du tonnerre sur mon TIME Edge Pulse…

Bilan :

Les + : rendement de haut vol en version boyau, idem confort, les meilleurs roues que j’ai pu tester à ce jours… Les prix, à peine + de 1200 eur la paire en Made in France et à peine plus de 1200g nues!

Les – : coller ses boyaux car les flancs sont très hauts, quasi impossible avec des boyaux trop raides même en les assouplissants… On doit de plus remonter ses patins de frein.

Manque d’inertie donc pour parcours peu roulant, montagneux…

Freinage perfectible même avec des patins en liège… Sous l’eau je n’ai même pas essayé!

Réparer un voile nécessite de décoller son boyau (les têtes de rayons sont cachées dans la jante).