Boyaux: pour esthĂštes…? 😉

Alors fin du boyau? On en parle depuis pas mal d’annĂ©es mais il est utilisĂ© par les pros sauf Ă  l’entraĂźnement pour des raisons pratiques de rĂ©paration sur crevaison. Pour la piste, je doute que cela change (voir ci-dessous l’illustration) :

DSCN6181

Par contre en usage route, c’est l’inverse qui s’est produit dans les rangs disons amateurs et cyclosportifs… Rares sont ceux qui rouleront encore en boyaux Ă  ma connaissance dans les annĂ©es Ă  venir; pas de voiture d’assistance et coller un boyau de secours nĂ©cessite d’ĂȘtre posĂ© chez soi…

IMG_0098

Perso je m’y suis mis sur le tard, il y-a moins de 10 ans, en acquĂ©rant une paire de roues Corima (tant qu’Ă  faire…)

C’est vrai que le confort, le grip ont un rendu unique et l’on comprend qu’un pro puisse rouler sur ce type de pneumatique mĂȘme si l’usure comme pour les gommes en formule 1 est plus importante que les pneus ouverts la plupart du temps.

Mais voilĂ , le pneu Ă  chambre hormis un poids plus important du fait justement de l’ajout de chambre devient trĂšs performant et le tubeless du fait de l’utilisation Ă  prĂ©sent de forte section (25 et plus) le rend encore plus concurrentiel (certains pros les utilisent en clm par ex, car les tests semblent leur donner un lĂ©ger avantage niveau rendement surtout pour les Ă©preuves courtes en clm).

Voici un rĂ©sumĂ© des avantages des uns et des autres sachant que pour le moment je n’ai pas basculĂ© en tubeless…

Pneus, les avantages :

  • l’offre la plus vaste et complĂšte, des pneus hivers, compĂštes, les sections nombreuses Ă  partir du 23 minimum …
  • la rĂ©paration aisĂ©e, le choix de la chambre (butyl ou latex…)
  • le rapport qualitĂ© / prix

Pneus, les moins :

  • lourds (Idem jantes)
  • certains sont difficiles Ă  monter en 23, risque de pincer la chambre
  • sur jantes carbones, les problĂšmes de freinage, incompatibilitĂ© avec le latex, le poids

Boyaux, les plus :

  • comme les pros… Confort, rendement, grip, le poids…
  • avec les roues carbones, le must…
  • des colles et rubans nouvelle gĂ©nĂ©ration qui facilitent le montage
  • des roues carbones Ă  freinage disque… Le must pour freiner mais une offre trĂšs rĂ©duite, « for pro only…? »

Boyaux, les moins…

  • montage Ă  faire faire ou qui nĂ©cessite d’ĂȘtre bricoleur
  • montage difficile sur jantes type Corima (on doit au prĂ©alable assouplir la carcasse)
  • l’offre… Et le prix si l’on veut des modĂšles performants
  • aucun intĂ©rĂȘt des premiers prix
  • la rĂ©paration… Les bombes ou l’injection de liquide prĂ©ventif est efficace sur des petits trous… Du coup on est tentĂ© de prendre un boyau de rechange avec l’encombrement que cela implique…
  • le freinage, l’Ă©tĂ© sur jantes carbones (on se souvient de la mĂ©ga gamelle de Beloki sur le Tour…) avec les pb de chauffe ou sous la pluie sur jantes carbones itou…
  • la pression forte, pompe Ă  pied de qualitĂ© requise mais pb de perte de pression sur chambre latex… On doit regonfler aprĂšs chaque sortie…

Et le Tubeless dans tout ça…?

  • L’offre peine Ă  dĂ©coller mais c’est a priori la formule de l’avenir… Surtout depuis que les sections sont passĂ©es Ă  25 mais encore plus vrai au-delĂ  car cela reste toujours aussi dĂ©licat de monter des pneus tubeless et il faut utiliser des compresseurs pour faire claquer les tringles sur les flancs de jante.
  • Ensuite cela nĂ©cessite des roues « tubeless ready » et l’utilisation d’un liquide prĂ©ventif pour assurer l’Ă©tanchĂ©itĂ©… Toujours cette impression d’en mettre partout au final pour un efficacitĂ© alĂ©atoire…
  • ensuite le prix… Du fait de l’offre limitĂ©e; mais les pros utilisent depuis quelques temps et pour des usages bien spĂ©cifiques (sur clm, sur Paris-Roubaix…) Donc on peut penser que l’offre va se dĂ©velopper Ă  mesure que son usage va se gĂ©nĂ©raliser chez les pros et que coller ses boyaux fera bientĂŽt partie des souvenirs d’une autre Ă©poque, comme les cales pieds aux pĂ©dales…!