SIDI: chaussures à l’italienne… 🇮🇹

C’est d’abord la légende en terme de confort ET durabilité, grâce à l’usage de leur cuir synthétique (le Lorica) qui a fait la renommé de leurs bottes pour motards.

Indurain ou Rominger parcouraient 40 000 km avec une paire de Techno… Record à battre. Je me rappelle que le Suisse faisait une saison complète et redémarrait même la saison suivante avec son ancienne paire pour s’éviter des blessures.

J’en ai eu une, ma première paire de chaussures pro achetée en promo chez Carrefour! Impensable aujourd’hui! Je l’ai ai gardée +10 ans et les ai « finies » lors de mes saisons de triathlon de 2004 à 2006…

20080104-TriMag001

Ensuite je n’ai plus acheté que chez eux jusqu’il y-a peu de temps… Et même si les vainqueurs du Tour portent toujours du SIDI, la concurrence est forte et le confort qui a fait leur légende a baissé d’un cran même si le made in Italy fait toujours fureur (dans le haut de gamme).

Voici les derniers modèles que j’ai testés… Sont-ils dignes des modèles Genius et autres Tecnos d’il y-a 20 ou 30 ans…?

 

  • Shot air

C’est le modèle phare sorti il y-a déjà quelques années et aux pieds des derniers vainqueurs du Tour avec Froome et Bernal.

Ici en version ultra-aérée « air ».  Elle a depuis un peu évoluée notamment pour son système de « laçage » maison mais pas de révolution non plus.

9FDCB875-12BD-4A37-8E78-828E794AC164

Toujours ce blanc salissant (mais d’autres coloris un peu austères sont apparus depuis), un concentré de toutes les innos de la marque donc chères et faites en Italie en grande partie à la main pour l’assemblage même si j’ai pu les avoir pour 250 eur à l’époque de sa sortie…

Déjà la semelle carbone est très technique et très rigide (existe aussi un modèle spécifique pour les pédales Speedplay).

De plus elle est entièrement reconstructible en cas de casse ou d’usure de pièces. Les pieds larges vont encore gueuler car elles chaussent étroit et taillent petit (j’ai pris un 42 moi qui chausse plutôt en 41,5). Mais pour ce modèle on a droit aux demi-tailles donc quasi du sur-mesure (les pros ont leur moule par contre!)

Alors? A-t-on encore droit aux pantoufles et au confort du Lorica qui a fait la renommée de la marque depuis 40 ans déjà (ainsi que chez les motards…) ?

Hélas non… Le matériau a changé et pas seulement qu’en surface (brillante) et qui même si cela facilite le nettoyage est devenu plus rigide. Certes avec les serrages câbles ça serre fort et bien mais en plus d’avoir une semelle très rigide et épaisse, on n’a peu de latitude de confort surtout si l’on est entre 2 tailles. A voir au-delà des 100km mais comment le savoir à l’essayage…?

Ensuite c’est de l’ajustement micrométrique, talon d’Achille (pas trop utile pour des chevilles fines) et compagnie, rien ne bouge! On tourne les boucles comme pour fermer un coffre fort!

Bilan :

Les + : 

  • un design unique et une finition haut de gamme à l’italienne
  • demi-taille dispo
  • aération bonne mais sans plus
  • semelle très rigide (trop?)
  • reconstructible
  • respire la solidité, durabilité
  • semelle compatible Speedplay dispo

Les – :

  • chères et lourdes
  • salissantes en blanc
  • chaussent étroit et taillent petit
  • très rigides et confort sur du long perfectible
  • semelle très cambrée (on doit remonter sa selle de 5 mm env)
  • plein d’accessoires mais à l’utilité à démontrer (serrage de talon, aération de semelle que l’on peut obturer l’hiver…
  • semelle de propreté perfectible (je les remplace par des SIDAS avec voûte plus prononcée pour améliorer le confort)
  • pas si aérées en cas de canicule (testées sur l’Ariégeoise 2014… à presque 40 degrés!)

 

  • Genius

Avec la techno, on touche aux modèles qui ont fait la réputation de la marque…

Alors, toujours au top en 2020?… La micro-lock a légèrement évolué pour être encore plus ajustable et confortable.

Ensuite, et c’est là le plus gros changement, le revêtement externe est brillant et déperlant; je trouve encore que le confort général a baissé car le chaussant est plus rigide. Les velcros possèdent une empreinte pour garder en mémoire sa position; ça reste un peu gadget encore une fois…

Ensuite la semelle est encore de très haute facture et rigide comme il faut. Elle permet également d’y ajouter des adaptateurs ou des cales de compensation pour les cyclos ayant une jambe plus longue que l’autre.

Ensuite pas de serrage au niveau du talon d’Achille mais toujours cette possibilité de remplacer le système de serrage ou la talonnette si usée (utile surtout après une chute par ex).

C6C04FB1-2650-4F03-9172-07ACBCF59F48

Alors est-ce que cela vaut encore le coup d’investir sur une chaussure sans passer par des Boa…? (sachant que j’ai acheté cette paire juste au début du déferlement des chaussures à serrage type « Boa ».

Pour les budgets serrés, je dirais oui car c’est souvent un billet de 100 en moins à perf égales. Ensuite les velcros, on ne les resserre que très rarement finalement et le second placé proches des doigts de pied ne sert pas vraiment.

Les + :

  • la vitrine SIDI mais 100 eur de moins que le haut de gamme
  • confort et rigidité de la semelle
  • peu salissante en rouge et durabilité

Les – :

  • système de serrage devenu dépassé… A cause du Boa!
  • la Genius 2000 ne vaut pas la 1990 en terme de confort mais le transfert d’énergie y a gagné…
  • reste chère par rapport à la concurrence à présent

 

  • Tecnos

C’était LA chaussure qui mettait tout le monde d’accord et qui raflait tous les podiums pro… Revue pour les années 2000, elle a les mêmes défauts que la Shot mais coûte à peine moins cher. Le velcro ne sert pas à grand chose encore une fois, tout comme le serrage du talon d’Achille.

De plus face à la déferlante « Boa », elle a pris un coup de vieux même s’ils ont mis les 3 serrages sur cette chaussure, micro-lock, boa propriétaire et velcro… Difficile de faire plus complet.

 

Les + : 

  • la finition très haut de gamme à l’talienne
  • la perf avant tout, rigide et confortable
  • la durabilité, un investissement pour des milliers de km

Les – :

  • la fin du microlock…?
  • le mythe a perdu de sa superbe en terme de confort
  • le chaussant étroit; penser à prendre 1/2 ou 1 pointure de plus

 

  • Chaussure d’hiver Genius

Chaque marque possède au moins un modèle dit « hiver » dans sa gamme. SIDI a été parmi les 1ers bien sûr à en produire et cela pour nous éviter de mettre des sur-chaussures sur nos chaussures portées toute la saison. Gain de poids et plus pratique pour se préparer (rappelez-vous des suées pour enfiler des sur-chaussures en néoprène épais pour avoir des pieds de Hobbit…)

Alors, sont-elles si efficaces l’hiver?

Je n’ai pas pris le modèle Gore Tex mais juste en Lorica siglé « Outlast »… Ici pas de maille aérée mais un sorte de chausson étanche à la pluie et au vent qui monte pour couvrir la cheville avec un large rabat velcro en sus des 3 velcros inversés classiques à la marque. Le talon est réfléchissant et la semelle aussi classique mais de rigidité moyenne avec une compatibilité aux cales spd type Shimano.

Attention, le chaussage est difficile, chausse-pied quasi obligatoire car à l’intérieur un système de voile permet d’assurer l’étanchéité du pied. Mais c’est vrai qu’au lieu de prendre 10′ à enfiler ses couvre-chaussure, là on divise par 2 voire plus la prépa.

Ensuite, j’ai préféré remplacer la semelle de propreté par une semelle Confor’mable pour l’hiver… En sus de soquettes pour l’hiver type X-socks. Histoire d’être paré aux basses T…

E347A774-18F7-40D8-852B-EEE7A942DE04

Essai hivernal!

C’est parti pour une sortie par des températures sous les 5 degrés… Oui ça pique!

Premières impressions, le confort et le manque de rigidité mais bon, l’hiver, on n’est pas non plus en quête de rendement. On a l’impression que le pied n’est plus maintenu, c’est assez déroutant. L’essai de modèles similaires d’autres marques me donneront les mêmes sensations. Ensuite, c’est chaud mais comme le pied ne respire pas, on verra qu’en fin de sortie cela sera désagréable surtout quand on pense aux modèles Gore Tex…

Passé la première heure, RAS, ça fait le job; par contre au bout de 2h on commence à avoir froid et la suite va se dégrader car les pieds humides vont se refroidir encore plus…

Finalement, mieux vaut réserver leur usage à des sorties courtes ou alors au-dessus des 5 degrés, idéalement autour des 10 sans chaussettes d’hiver; idem en cas de forte pluie, le rabat de la cheville va montrer ses limites pour l’étanchéité.

Les + :

  • on les enfile rapidement, les velcros (4!)
  • jusqu’à 5 degrés max ensuite après 2h, ça pique
  • le confort
  • rapport qualité/prix
  • compatibilité spd

Les – :

  • peu rigides
  • peu respirantes, protection thermique limité
  • maintien du pied