Matos Triathlon: dites x3…! 🏊‍♂️

  • Prolongateurs ControlTech vs Deda… Pour les tri type M ou S…

Visible sur les épreuves ITU type M ou S, donc les distances courtes, les prolongateurs ne doivent pas dépasser un ligne imaginaire tracée entre les 2 poignées de frein de son vélo (pour faire le test, enlevez votre roue avant et plaquez votre vélo contre le mur par ex… Les leviers de frein doivent toucher le mur en premier voire en même temps que votre prolongateur…

Du coup les fabricants ont du revoir leur copie et sortir des adaptateurs assez étriqués mais permettant un 3ième appui salutaire afin d’améliorer le Cx du coureur ainsi que la pression exercée sur les pédales.

2 marques sortent du lot avec des modèles légers, au prix abordable et plutôt efficaces, ControlTech et Dedacciai, voici un bilan de test :

  • ControlTech 

IMG_0034

Testé sur le M de Paris (draft permis), je ne lui trouve que des qualités (en version alu et non full carbone qui est moins rigide).

Réglable en longueur (mais bon l’intérêt est limité car là on dépasse la norme autorisée), voici les « punch lines » à retenir :

  • compact et confortable
  • on peut lui adjoindre un compteur sur le pont en carbone du milieu, finition top
  • rapide à installer, il est « fermé » sur le haut via un pont carbone de toute beauté

inconvénients :

  • peut s’avérer court pour les grands gabarits
  • pas de réglages latéraux des supports en mousse néoprènes
  • reste une pièce chère (encore plus dans sa version full carbone à +200eur)

 

  • Deda Blast alu

La marque fait dans le minimaliste extrême mais cela peut suffire pour certains.

Avantages :

  • le poids… Et je n’ai pas pris la version carbone…
  • rapidité d’installation
  • écartement réglable en fonction de son gabarit
  • pont en plastique pour solidariser les 2 pièces fourni

inc : 

  • rigidité moyenne
  • mousses minimalistes
  • confort spartiate

IMG_0029

Bilan : mon choix va vers le combo ControlTech!

Depuis la marque a sorti d’autres modèles encore plus évolués mais les prix se sont envolés…

  • Chaussures LAKE TX312

A ma connaissance, seule Specialized (donc toujours les Américains…) a également adopté ce système de serrage sur un modèle dédié au triple effort. Ici un serrage Boa, mollette omniprésente sur les chaussures haut de gamme, en plus de 2 bandes velcro.

IMG_3648

Toujours cette manie des fabricants dans l’ajout d’un petit velcro sur le haut de la chaussure. Qui dans 9 cas sur 10 s’avère à mon avis inutile sauf pour ceux qui prennent des tailles au-delà du 45…? Et ayant des pieds forts…? Surtout en Tri, où l’on va gagner essayer un max de secondes lors de la transition nage-vélo…

Donc un modèle plutôt léger (grâce à sa maille aérée et sa semelle carbone un poil fragile à mon goût, éviter de courir avec donc…)

Voici le bilan en utilisation compète :

Avantages :

  • très facile à enfiler du fait de son ouverture arrière
  • un large velcro mais trop retenu par sa boucle! Faut forcer pour la débloquer…
  • la molette permet de bien serrer sa chaussure
  • transmet bien la puissance grâce à sa rigidité de semelle
  • chaussure assez aérée via sa maille
  • finition haut de gamme

Inc :

  • on perd du temps sur les courtes distances à régler sa chaussure
  • semelles carbones fragiles à la marche
  • du blanc encore… salissant
  • chausse étroit ! Et toujours ce second velcro qui ne sert à rien…
  • utilité des aérations de la semelle carbone? Pas convaincu par leur efficacité…
  • le prix catalogue élevé

 

  • Chaussure de piste Asics (166g !!!)

Des années que je voulais en acheter et surtout tester des pointes…

IMG_4202

Profitant des séances sur piste avec mon coach et ami, un ancien compétiteur sur 800m, j’ai acquis cette paire pour à peine une 30aine d’euros…

C’est ultra léger car minimaliste! Pas de semelle d’amorti, pas de maintien sauf via les lacets, ça chausse au plus près… Mais cela change aussi du tout au tout dans sa manière de bosser sa foulée, c’est impressionnant les progrès que l’on fait…

Par contre il faut prendre moultes précautions avant de se lancer sous peine de blessures :

  • s’échauffer longuement avant de chausser ses pointes…
  • ne pas dépasser l’heure avec même si l’on se sent bien, s’arrêter au moindre signe de fatigue, douleur…
  • bien récupérer ensuite car les tendons sont mis à rude épreuve

Le mien est d’alterner sa pratique de la piste avec 2 séances ensuite plus douce sur sol meuble ou en un rythme moins soutenu.

Par contre, le travail technique effectué n’a rien à voir avec une séance classique, ça « envoie » ensuite après un séance sur piste!